The Singing Pianos
Les Jérolas de 2ieme génération.

L'un est plutôt animateur, l'autre fait le pitre. une recette déjà éprouvée par les puissants duos qu'ont été Dean Martin et Jerry Lewis, Laurel et Hardy mais encore plus près de nous, les Jérolas. Ce duo mythique de la culture québécoise que formait Jérôme Lemay et Jean Lapointe a marqué plusieurs génération dont celles de Gill Poitras et d'Alexandre Racine, les performeurs de "The Singing Pianos".

C'est depuis 2010, Alors qu'il est en visite à Las Vegas que l'idée de présenter ce type de spectacle jaillit dans la tête de Gill Poitras. Effectivement, les Dueling Pianos ( deux pianistes interagissant face à face ) sont fréquents dans les établissements de la capitale du plaisir à l'américaine. En rentrant, Gill Poitras a alors contacter son comparse avec qui il oeuvre à travers d'autres productions musicales, Alexandre Racine qui est - un pianiste émérite - et aussi un très bon imitateur afin de mettre sur pied un spectacle de type cabaret où la performance musicale et le rire occuperont une grande place.

C'est donc vêtus de costume un peu rétro et de petits chapeaux que les deux artistes arrivent sur scène et s'assoient face à face devant ce meuble unique pouvant inclure 2 claviers. Dès les premières notes, les sourires s'installent sur les visages des spectateurs lorsque ces derniers reconnaissent la voix le Louis Armstrong à travers celle de Gill Poitras. S'ensuit des airs biens connus de Neil Diamond, Elvis Presley, les Beatles. Gill Poitras interagit avec Alexandre Racine comme si il l'avait vu grandir! Il nous le présente sans arrêt sous divers angles -tantôt comme un fils héritier d'une riche famille noble, tantôt comme un gitan ou encore un être d'une grande sensibilité. bien sûr, toutes ces mises en scène n'y sont que pour nous emmener à la prochaine pièce. À chaque étape du spectacle, on veux nous faire voyager un peu plus loin. On retrouve d'ailleurs vers la fin du spectacle un numéro rendant hommage aux Jérolas (un des nombreux numéros en français d'ailleurs) qui souligne leur grand respect pour Jérôme Lemay et Jean Lapointe. "De grands marchands de bonheur " qui avaient tout un sens du spectacle! nous diront-ils.



The Singing Pianos

Retour