Le Moulin à Musique
LE MOULIN À MUSIQUE crée, produit et diffuse des spectacles musicaux pour le jeune public. Depuis sa fondation en 1980, seize créations ont été présentées dans les écoles et les salles de spectacles et les festivals. Sous la direction artistique de Marie-Hélène da Silva, LE MOULIN À MUSIQUE a pour mission de favoriser la rencontre entre le jeune public et la musique dans un esprit de création, de découverte et d'échange.

À travers ses créations, LE MOULIN À MUSIQUE véhicule un vaste répertoire musical, qu’il soit classique, baroque, contemporain ou traditionnel. En faisant appel à de jeunes compositeurs québécois, il diffuse également un répertoire vivant. Par son approche originale, il prépare les jeunes oreilles à l’écoute d’œuvres musicales de qualité.

Au fil des ans, plusieurs créations se sont démarquées et ont fait évoluer la démarche artistique. En 1989, deux grands succès voient le jour : Les boîtes ne sont pas toutes carrées et Un violon sur l'épaule (lauréat du prix OPUS pour la meilleure production jeune public décerné par le Conseil québécois de la musique en 1997).

Présentée en primeur au festival international Les Coups de théâtre en 2000, La Maîtresse rouge apporte un souffle nouveau à la création avec son concept novateur de spatialisation musicale. C’est aussi à partir de cette création que Le Moulin à Musique développe une approche de médiation culturelle dont le spectacle est le moteur.

En 2001, L’aube, œuvre poétique, écrite et mise en scène par Joël da Silva, aborde de façon audacieuse l’exploration visuelle et sonore des mots, des objets et du piano. Cette création marque un point tournant dans la démarche artistique de la compagnie. Les interprètes s’intègrent dès lors au processus créatif par le biais de l’exploration musicale et théâtrale. Il en résulte des spectacles où se succèdent une série de tableaux telle une variation sur le même thème. Avec Bonnes Nouvelles créée en 2004, la démarche artistique devient multidisciplinaire avec l’intégration de la danse contemporaine. Marie-Hélène da Silva signe ici un premier texte et une première mise en scène.

Garde-robe, crée en 2006, est sans doute l’œuvre la plus achevée et la plus poétique de Joël da Silva qui signe une fois de plus une mise en scène inventive et riche en textures visuelles et sonores. Réalisée en coproduction de l’ensemble Les Boréades de Montréal, Garde-robe repose également sur la collaboration artistique de ses interprètes.

Pierres blanches est créé en 2010 sous la direction artistique de Marie-Hélène da Silva. Explorant le thème de la perte, l’histoire racontée par le biais de la musique, de la danse et du théâtre fait ressortir le pouvoir de résilience de chaque être humain. Par le biais d’une médiation culturelle, un chœur d’enfants partage la scène avec les comédiens. Une version à trois interprètes (Karina Iraola, Marie-Hélène da Silva et Jonathan Barriault) est également proposée afin de poursuivre son chemin sans enfants.

Deux nouvelles créations ont récemment vu le jour. Gros Paul (2011), est l’œuvre de l’auteur Anne-Marie Olivier mis en scène par Michel-Maxime Legault sur une musique de Michel Gonneville, en collaboration avec l’Ensemble contemporain de Montréal (ECM+). Un texte tranchant autour du thème de la surconsommation soutenu par une musique actuelle qui rythme avec intensité ce récit décadent donnent à écouter ce conte musical contemporain explosif! Tête de violon! (2012) est une coproduction avec Les Jeunesses musicales du Canada. Marie-Hélène da Silva incarne un personnage lunaire et énigmatique qui attend le retour des oiseaux. Une suite de moments de vie, de sensations sonores et de musiques qui racontent des histoires.

Le Moulin à Musique

Spectacle(s)
Retour